Reflets de vies

Les peintres ont élargi depuis longtemps leur champ de vision grâce au miroir. Souvenons nous du tableau du primitif flamand Peter Christus qui avait installé dans l’une de ses toiles ( Saint Eloi à son atelier ) un petit miroir reflétant deux badauds passant dans la rue.  Mais l’un des tableaux les plus frappants que j’ai trouvé à cet égard est celui de Manet Un Bar aux Folies Bergères où l’on aperçoit au premier plan une serveuse, avec derrière elle un  grand miroir reflétant la salle des Folies Bergères, son dos, et la silhouette d’un client avec son haut-de-forme.

Les photographes ont moins de facilité que les peintres pour  composer à leur guise une nouvelle réalité , encore que Photoshop fasse des miracles et qu’il serait possible avec pas mal de travail de reconstituer une scène sans reflets parasite. Mais il faut finalement s’en réjouir: le bouillonnement de formes et de lumières que l’on découvre dans les reflets  n’est il pas à l’image du monde ?

Dans cette photo d’une boutique de Saint-Germain-des-Prés, l’ultime arrière plan est un contre-champ: ce sont  un lampadaire et les fenêtres des immeubles de la rue.

Et ci-dessous, les immeubles et les arbres de la place Saint-Germain-des-Prés qui se reflètent dans la vitrine de la boutique Vuitton.

Sages ou bouillonnants de vie, ces reflets donnent une profondeur insoupçonnée aux images. Ce sont bien des reflets de vie qui ne demandent qu’à entrer dans nos créations.

Autres images sur: https://www.facebook.com/photosjacqueskaufmann/