Goethe et Weimar: la maison de Goethe

Maison de Goethe à Weimar avec son beau jardin
La maison de Goethe à Weimar


Lorsque Goethe arrive à Weimar en 1775, à l’age de 26 ans, pour y être le conseiller du duc Karl August, la capitale du duché de Sachsen Weimar n’a encore que 6000 habitants et Goethe a déja obtenu avec son Werther un succès retentissant. Les souffrances du jeune Werther ont cristallisé les inquiétudes d’une génération mélancolique et désenchantée, et le suicide de Werther, amoureux de la fiancée de l’un de ses amis, aura un tel impact à l’époque que de nombreux jeunes gens choisiront eux aussi de mettre fin à leurs jours. Werther deviendra le symbole de l’exaltation et du mal de vivre. Goethe restera à Weimar jusqu’à la fin de sa vie en en 1832.

Il est pratiquement impossible de résumer l’oeuvre de Goethe. Est-ce le plus grand poète allemand, le plus grand dramaturge, le plus grand romancier ou mémorialiste? Faute de trouver une réponse, certains s’en remettent en fin de compte au mot de Napoléon qui en recevant Goethe lui aurait dit «Vous êtes un homme» et pour mieux apprécier Goethe, la meilleure formule sera donc de vagabonder dans ses oeuvres( 10 tomes aux éditions de l’Harmattan).

Continuer la lecture de « Goethe et Weimar: la maison de Goethe »

Valparaiso: voyages au long cours

Le seul mot de Valparaiso suffit à évoquer dans l’imaginaire collectif les horizons lointains, les voiliers qui passaient le cap Horn, Pierre Loti partant pour l’île de Pâques, et les grands voyageurs des siècles passés. Valparaiso ne laissera personne indifférent. On aimera ou détestera cette ville,mais personne ne pourra nier qu’elle ait gardé de sa splendeur passée un cachet bien particulier.

Montevideo ( Uruguay ): passé décomposé

Montevideo en Uruguay: dans la vieille ville et sur le bord de mer des images d’un passé décomposé…Malgré de timides travaux de restauration, la « ciudad vieja » où l’on croise encore des carrioles à cheval de chiffonniers, continue de se délabrer. Alors pourquoi s’arrêter à Montevideo? Nostalgie, quand tu nous tiens.. Pour y admirer bien sûr ses beaux immeubles 19e et ses bâtiments officiels et places majestueuses, et rêver à ce qu’a pu être cette ville dans le passé, en se disant que peut-être, un jour, qui sait, elle renaîtrait… car elle a encore du charme à revendre.

Montevideo ( Uruguay ): passé décomposé