Une vision du monde

Le photographe a comme tous les artistes une relation compliquée avec le monde. Certains voudront le reproduire « tel qu’il est » alors qu’il sera toujours celui qu’ils voient. D’autres voudront l’embellir, certains l’enlaidir. D’autres encore voudront saisir des moments insolites, aller toujours plus loin dans l’inédit. Mais beaucoup rateront leurs cibles: passé l’étonnement que provoquera tel ou tel image surprenante, ou tel paysage sublime magnifié en post production, l’émotion disparaitra, et le public tournera la page pour se replonger dans le torrent d’images qui gronde sur le Web.

Les réseaux sociaux sont d’une aide cruciale pour le photographe à condition qu’il accepte sans rechigner que personne ne like ses images. S’il est sincère, il s’apercevra que certaines images qui l’avaient laissé béat d’admiration, ne l’intéressent plus au bout de quelques semaines. Photoshop offre d’innombrables ressources pour transformer en paysage de rêve n’importe quelle image, mais l’émotion n’est plus pour beaucoup au rendez vous. On est surpris, saisi de stupeur, étonné mais pas ému.

L’une des raisons pour laquelle une image nous émeut, est qu’elle nous interpelle comme être humain et nous ébranle dans nos convictions. L’image même que nous avons du monde n’est elle pas finalement trompeuse? le temps qui passe ne fait-il pas disparaitre la notion même de présent, et nos visions quotidiennes ne sont-elles pas terriblement tronquées? Le véritable monde n’est il pas celui des reflets et des transparences? En d’autres termes, ne faut-il pas questionner notre vision du temps et de l’espace?

Temps suspendus est consacré à des images qui nous font apparaitre un temps différent du nôtre, Ombres et lumières vous emportera dans le monde mystérieux du clair obscur, et Reflets de vie nous montrera comment le hors cadre peut bouleverser notre notion de la photographie. Le Temps ( Temps suspendus ), l’Espace ( Reflets de vie ), et le mystère qui enveloppe toute chose ( Ombres et lumières ) forment ainsi le tryptique de notre vision du monde.